Quel est le déroulement d’une séance d’injection de Botox ?

Les neurologues ont commencé à utiliser la toxine botulique dans les années 1990 pour traiter les contractions excessives des muscles faciaux (spasmes, tics), mais les ophtalmologistes l’ont également utilisée pour résoudre le strabisme. Son utilisation est approuvée à des fins esthétiques depuis 2002.

Pourquoi proposer des injections de Botox ?

La plupart des dermatologues et des chirurgiens esthétiques peuvent donner des injections de Botox, une thérapie au laser ou une dermabrasion au phénol à leurs patients qui veulent minimiser leurs rides, mais ces deux dernières procédures sont plus lourdes. C’est pourquoi, dans de nombreuses situations, les injections de Botox sont privilégiées, notamment pour éliminer les faibles rides d’expression sur le haut du visage. Pour la lèvre inférieure, les médecins recommandent des injections d’acide hyaluronique, bien que le Botox ait l’inconvénient de modifier l’expression du visage à ce stade. Les femmes enceintes ou qui allaitent ne sont pas recommandées pour une séance d’injection de Botox, qu’elles souffrent de troubles musculaires ou neurodégénératifs.

Que se passe-t-il lors d’une séance d’injection de Botox ?

Tout d’abord, pour éviter de modifier son expression par l’injection de Botox, le médecin doit examiner le patient en profondeur, notamment ses expressions faciales et ses éventuelles asymétries. Ensuite, il désinfecte doucement la peau du patient après lui avoir expliqué les résultats d’une injection de Botox, les mesures à prendre après l’injection et les éventuels effets secondaires. Il marque ensuite les points où les injections vont être administrées. L’anesthésie locale n’est pas obligatoire. Enfin, à l’utilisation de micro-aiguilles, le médecin injecte des doses infimes de Botox dans les visages. Il ajoute immédiatement une poche de glace sur le visage du patient, qui doit ensuite faire des exercices avec ses bras pour s’assurer que l’objet est bien fixé. La session ne dépasse jamais un quart d’heure. Les conclusions ne sont pas immédiates : il vaut mieux attendre sept jours pour constater l’atténuation des rides, qui, selon la situation, durera de quatre à six mois. De plus, dans six mois, puis chaque année, une deuxième séance d’injection de Botox peut être organisée pour espérer que les effets soient préservés.

Qui administrera les injections de Botox ?

L’application de Botox dans tout le corps (y compris les mains ou les aisselles en cas de transpiration prolongée) n’est autorisée que par certaines spécialités médicales : les chirurgiens spécialisés en chirurgie esthétique reconstructive et esthétique et les dermatologues. Le Botox ne peut être administré dans le visage que par les ophtalmologues, les neurologues et les chirurgiens du visage et du cou (ORL ou maxillo-facial). Certaines spécialités médicales ne sont pas qualifiées pour le faire et ne peuvent donc pas le faire. Il est important de tenir compte de ces différences anatomiques, car si ces fibres musculaires de localisation atypique ne sont pas injectées, elles rendront une séance d’injection de Botox peu attrayante.

Les techniques pour effacer les rides : zoom sur la radiofréquence
Qu’est ce que la cryolipolyse ou le coolsculpting ?